Je vais vous poser une question, prenez le temps de réfléchir avant d’y répondre: « Qu’est-ce qui est de la plus haute importance, mais que vous ne serez pas en mesure de faire sur la nouvelle terre? ». Allez! Un peu de courage: ne lisez pas tout de suite la réponse! Pensez-y vraiment, rien qu’un instant: « Qu’est-ce qui est de la plus haute importance, mais que vous ne pourrez pas faire sur la nouvelle terre? ».

Vous donnez la langue au chat? Nous pourrions tout simplement répondre ceci: « Au ciel, je ne serai plus en mesure d’évangéliser ». Aviez-vous déjà pensé à cela? Partager la foi avec les non-croyants est la chose la plus importante que nous pouvons accomplir ici-bas sur la terre. Eh bien, nous ne serons plus en mesure de le faire au ciel!

Alors, comment vous y prenez-vous pour évangéliser? À quand remonte la dernière fois que vous avez parlé de Jésus à quelqu’un? À quand remonte la dernière fois où vous avez ouvert votre porte à des témoins de Jéhovah pour leur annoncer le véritable Jésus de la Bible? À quand remonte la dernière fois où vous avez sorti votre Bible dans un transport en commun en espérant que la personne à côté de vous serait assez curieuse pour entamer la conversation? Vous culpabilisez? Moi aussi, et pourtant, je suis pasteur. Je ne sais pas pour vous, mais quand je monte dans un train, je me cache derrière ma tablette, un regard indifférent sur le visage.

En 2004, l’entreprise de sondage du Groupe Barna a demandé à un certain nombre de chrétiens combien de fois ils avaient partagé leur foi au cours de l’année écoulée. 49 % des personnes interrogées seulement l’avaient fait. Houlà, moins de la moitié! Et après, on s’étonnera que tant de personnes ne se tournent pas vers Jésus!

La vérité est que Dieu vous a choisi, vous et moi, pour communiquer l’Évangile aux autres. Nous avons des occasions de faire connaître notre foi, mais n’en tirons pas le meilleur parti. Si nous laissons filer ces occasions, les gens n’entendront pas l’Évangile. Et s’ils ne l’entendent pas, ils ne pourront pas décider de se tourner vers Christ. Et s’ils ne se tournent pas vers Christ, ils mourront dans leurs péchés. Et s’ils meurent dans leurs péchés, ils seront séparés de Dieu pour l’éternité. Ils la passeront dans un endroit de tourments bien réel: l’enfer.

Peut-être bien que j’en fais des tonnes, mais franchement, vous ne croyez pas que le sujet est important? Jean, lui, en était convaincu. À tel point qu’il va consacrer les douze premiers chapitres de son Évangile à présenter Jésus comme le divin Fils de Dieu. Telle est son idée maîtresse. L’Évangile selon Jean se distingue des Évangiles synoptiques. Il ne présente pas la généalogie de Jésus. Pas de récit de la naissance de Christ. Rien sur sa tentation dans le désert. Aucune mention de la transfiguration. Aucune mention de la façon dont Jésus a désigné ses disciples. Pas de paraboles. Pas de récit de son ascension. Pas de référence au mandat missionnaire.

Au lieu de cela, Jean souligne que Jésus est le Créateur, l’unique Fils du Père, l’Agneau de Dieu qui ôte les péchés du monde, et même le « JE SUIS » d’Exode 3: 14. Jean met surtout l’accent, plus que tous les autres auteurs des Évangiles, sur la nature divine du fils de Dieu. Jean souligne clairement que toute personne qui ne croit pas que Jésus est le Fils divin de Dieu est condamnée: « Celui qui lui refuse sa confiance est déjà condamné, car il n’a pas mis sa confiance en la personne du Fils unique de Dieu » (Jean 3: 18).

Vous vous dites peut-être: Ken, je n’ai pas le don d’évangéliser. Je pense qu’il est préférable de déléguer à d’autres toute cette affaire d’évangélisation, n’est-ce pas? Eh bien, je n’irai pas par quatre chemins: c’est NON! Certes, des chrétiens possèdent le don d’évangéliser, mais nous n’allons pas nous en tirer à si bon compte. (Eh oui, moi y compris: je suis un pasteur qui n’a pas le don d’évangéliser… Allez comprendre.) Que cela nous plaise ou pas, le mandat missionnaire est confié à tout croyant, invité à aller et « faire des disciples ». Et bien sûr, le premier pas pour devenir un disciple est de croire que Jésus est le divin Fils de Dieu.

Alors, pourquoi est-il si difficile de faire œuvre d’évangéliste? Quels obstacles se mettent-ils en travers de notre chemin? J’en vois deux.

1. La barrière du manque-de-connaissance. Une personne (peut-être vous) pense qu’elle ne possède pas assez de connaissances biblique ou théologique pour répondre correctement aux questions.

2. La barrière de la peur (je sens que celle-ci vous est familière). Beaucoup d’entre nous sommes terrifiés par l’opposition qui émerge souvent de la part des personnes évangélisées.

Je suis cependant convaincu que chaque croyant peut surmonter ces deux obstacles et communiquer sa foi de façon à porter du fruit. Et voici comment.

Comment surmonter au mieux l’obstacle du manque de connaissance? Lorsque vous avez l’occasion de témoigner, concentrez-vous sur le témoignage personnel de Jésus concernant sa nature divine. C’est l’idée principale qui ressort des douze premiers chapitres de l’Évangile selon Jean. Vous avez certainement déjà entendu des propos comme: « Oui, je crois que Jésus a existé et qu’il était un grand professeur de morale, mais je ne crois pas qu’il était réellement Dieu ou qu’il ait affirmé l’être ». Eh bien, Jésus a vraiment déclaré qu’il était Dieu. Et bien des exemples l’attestent dans l’Évangile de Jean.

Ouvrons Jean 10. Les Juifs s’apprêtent à lapider Jésus. Il leur en demande alors la raison:

— Mon Père m’a rendu capable d’accomplir sous vos yeux beaucoup de bonnes actions; pour laquelle voulez-vous me tuer à coups de pierres? Les Juifs répliquèrent:

— Ce n’est pas pour une bonne action que nous voulons te tuer, c’est parce que tu blasphèmes; bien que tu ne sois qu’un homme, tu veux te faire passer pour Dieu. Jean 10:32-33

Dans cet exemple, Jean utilise le témoignage personnel de Jésus concernant sa nature divine comme outil d’évangélisation. Pourquoi? Lorsqu’une personne est confrontée aux manifestations du statut divin de Jésus, lorsqu’elle le lit comme venant de la bouche-même de Jésus, elle doit prendre une décision: Jésus est-il, oui ou non, de nature divine?

C. S. Lewis a parfaitement saisi l’enjeu de la question lorsqu’il l’exprime en ces quelques mots:

Un homme qui ne serait qu’un homme et qui tiendrait les propos que tenait Jésus ne serait pas un grand professeur de morale. Ce serait soit un fou – tel l’individu affirmant qu’il est un œuf poché – soit le Démon des enfers. Il vous faut choisir: ou bien cet homme était et reste le Fils de Dieu, ou bien il ne fut rien d’autre qu’un aliéné ou pire encore. Vous pouvez l’enfermer comme fou, lui cracher au visage et le tuer comme un démon; ou, au contraire, vous jeter à ses pieds et l’appeler Seigneur et Dieu. Mais ne vous laissez pas entraîner à favoriser ce non-sens, à savoir qu’il est un grand maître issu de l’humanité. Il ne nous a pas laissé cette possibilité. Il n’a pas eu cette intention.

Par conséquent, un des meilleurs moyens de surmonter la barrière du manque-de-connaissance est de se comporter comme Jean. Comment? Mettez l’accent sur le témoignage que Jésus donne de lui-même: il affirmait être Dieu incarné. Vous en viendrez ainsi plus rapidement au cœur du message de l’Évangile.

Ensuite, le meilleur moyen de surmonter la barrière de la peur est de garder à l’esprit que votre rôle n’est pas de convertir qui que ce soit. Ça, c’est le travail de Dieu. Votre responsabilité, dans l’évangélisation, consiste à semer, ici et là, des graines de vérité. Répandre la vérité sur la personne et l’œuvre de Christ. Répandre la vérité sur la nature divine de Jésus (voir Jean 1:1-3 ; Col. 1:15-17; 2: 9; Héb. 1: 3) et sa mission terrestre (voir Jean 3:16-18).

Alors, quelle est l’idée maîtresse qui émane des douze premiers chapitres de l’Évangile selon Jean? Jésus est le divin Fils de Dieu. Et la meilleure façon de présenter cette vérité est de faire connaître le témoignage de Jésus sur lui-même. Faites-le avec audace. Faites-le tout en reconnaissant que votre rôle consiste uniquement à répandre les graines de vérité au sujet de la personne et de l’œuvre de Christ. Rien de plus. La parole de Dieu ne retourne pas sans effet:

Car la pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent jamais sans avoir arrosé et fécondé la terre, sans l’avoir fait verdir, sans fournir au semeur le grain qu’il doit semer, et sans donner du pain à tous ceux qui le mangent. Il en sera de même de ma parole prononcée de ma bouche: elle ne reviendra jamais vers moi à vide, sans avoir accompli ce que j’ai décidé, et sans exécuter jusqu’au bout la mission que je lui ai confiée. Ésaïe 55:10-11

Les commentaires de Warren Wiersbe me guident et m’inspirent depuis le début de mon pastorat. Son style propre n’est pas très académique, mais théologiquement très juste. Warren explique les vérités profondes des Écritures de façon à ce que tout le monde puisse les comprendre et les mettre en pratique. Que vous soyez un érudit de la Bible ou un tout nouveau croyant en Christ, ses enseignements vous seront bénéfiques, comme ils l’ont été pour moi. Prenez votre Bible dans une main et ce commentaire dans l’autre. Vous serez en mesure d’analyser correctement les vérités profondes de la parole de Dieu et vous apprendrez à les mettre en pratique au quotidien.

Cher ami, délectez-vous des vérités de la parole de Dieu: elle est source de liberté, de paix, d’assurance et de joie. Elle vous mènera à Jésus-Christ.

Extrait du livre Soyez vivants, de Warren W. Wiersbe, paru en février 2021