Au sens strict du terme, l’athéisme est le fait de ne pas croire en Dieu. Ce qui ne signifie pas pour autant que les athées n’ont pas leur propre vision du monde. Il est impossible de nier l’existence de Dieu sans avoir un bon nombre de convictions relatives à la nature de l’univers. Et c’est d’ailleurs pour cela que le livre de Richard Dawkins, Pour en finir avec Dieu, n’est pas qu’un simple dépliant qui clame que son auteur ne croit pas en Dieu. C’est un ouvrage conséquent dans lequel il développe sa vision du monde : le naturalisme.

 

Le naturalisme soutient l’idée qu’il n’existe rien en dehors de notre univers (ou des multivers) et que celui-ci est essentiellement composé de ce que les scientifiques appellent l’« énergie de masse ».

Dans son livre Le grand tout, le physicien Sean Carroll explique comment le naturalisme considère l’être humain: Nous, les humains, sommes des tas de boue organisée, qui, grâce à l’oeuvre impersonnelle des lois de la nature, ont développé la capacité de contempler, d’apprécier et de prendre part à l’intimidante complexité du monde qui nous entoure […] Le sens que nous donnons à la vie n’est pas transcendant.

 

De nombreux athées partagent cette vision du monde. Quant à moi, c’est le théisme chrétien qui forge ma vision du monde. Je crois qu’un Dieu doué d’intelligence a créé et organisé l’univers, et qu’il le soutient. Il a fait l’homme à son image, c’est-à-dire qu’il lui a donné non seulement la capacité de comprendre le monde qui l’entoure, mais aussi la possibilité de vivre en communion avec Dieu lui-même pour sa plus grande joie. Pour les chrétiens, la vie a un but transcendant et glorieux. Ce que je voudrais montrer maintenant, c’est que la science est loin de s’opposer à cette vision du monde. Au contraire, elle la soutient. Nous verrons plus tard que c’est en fait l’athéisme que la science peine à corroborer. Avant cela, je souhaite préparer un peu le terrain en expliquant comment, au fil de l’histoire, nous en sommes curieusement venus à croire que Dieu et la science sont incompatibles.

Extrait de La science peut-elle tout expliquer? John Lennox.