Chaque chrétien est appelé à apprendre, à grandir et à s’efforcer de comprendre les vérités révélées dans la Bible. Le terme « catéchèse » vient d’un mot grec qui signifie « instruire oralement ». La catéchèse est une très ancienne méthode d’apprentissage qui consiste à enseigner aux chrétiens le vocabulaire de la foi en se focalisant sur ce que la Bible dit et sur ce qu’elle ne dit pas. Elle permet donc de comprendre les grands principes de la doctrine chrétienne.

Les catéchismes se présentent souvent sous la forme de questions et de réponses. Le Catéchisme de Heidelberg, par exemple, commence ainsi: « Quelle est notre unique assurance dans la vie comme dans la mort? ». Une courte explication adaptée des Écritures suit chaque question posée.

Dans Finishing Our Course With Joy: Guidance from God for Engaging with Our Aging [Arriver au bout du chemin avec joie: Sagesse de Dieu pour notre vieillesse], l’écrivain et théologien James I. Packer insiste sur l’importance de pratiquer la catéchèse au sein de nos Églises:

Chaque assemblée, quelle que soit l’époque dans laquelle elle évolue, devrait se considérer comme une communauté en apprentissage, une communauté dans laquelle les vérités de l’Évangile doivent être enseignées, défendues et légitimées contre toute forme de corruption et de dérive. Pour sa propre santé, toute Église doit demeurer extrêmement attentive à ce qui différencie le bon enseignement du faux, à ce qui distingue l’homme qui rend la vérité manifeste de l’homme qui cherche à la dissimuler.

Bien que beaucoup de chrétiens se consacrent avec discipline à l’étude quotidienne de la Parole, Packer déplore le manque d’enseignement catéchitique, sans lequel « esprit et cœur, pourtant bien intentionnés, s’égarent ».

Comme le dit la Bible, nous sommes des brebis perdues. Nous avons constamment besoin d’être guidés et conduits. L’instruction par la catéchèse et la mémorisation de catéchismes nous permettent d’enraciner notre cœur dans la vérité éternelle de l’Évangile. L’énonciation répétée d’une profession de foi (pratique qui s’inscrit dans une tradition très ancienne), est une façon de nous laisser conduire par la Parole. La plupart des assemblées de notre époque ont cependant rompu avec cet usage.

Dans son livre Taking God Seriously: Vital Things We Need to Know [Prendre Dieu au sérieux : Ce que nous devons absolument savoir], Packer déclare:

À mesure que les années passent, une pensée m’accable de plus en plus: celle que les chrétiens occidentaux conservateurs, qu’ils soient protestants ou catholiques, manquent si ce n’est complètement au moins cruellement d’enseignement spirituel. Cela est dû à la disparition d’une pratique pastorale qui a pourtant été fondamentale dans la vie des premières Églises, ainsi que des Églises de la Réforme et de la Contre-Réforme en Europe de l’Ouest, une pratique tombée aujourd’hui en complète désuétude.

Cet élément essentiel du ministère pastoral s’appelle la catéchèse. La catéchèse est l’enseignement actif et rigoureux des vérités que les chrétiens sont appelés à vivre et de la manière dont ils doivent les vivre.

C’est pourquoi, d’après Packer, les assemblées ont besoin d’un soutien pratique pour réhabiliter cette tradition dans leurs vies d’Église et de familles. Certes, se familiariser avec cette discipline demande du temps, mais les apports de la catéchèse (qu’on peut d’ailleurs adapter à tous les âges) sont immenses. Le jeu en vaut la chandelle. Packer poursuit:

Il existe plusieurs niveaux de catéchismes adaptables aux différentes tranches d’âge: la catéchèse est (ou, du moins, devrait être) la discipline de toute une vie, essentielle à tous les membres de l’assemblée, de sept à soixante-dix-sept ans. C’est pourquoi le point de vue, la forme et les thèmes mis en avant varient en fonction du public.

De même, il existe différentes manières de pratiquer la catéchèse: en leçons individuelles sous forme de questions-réponses; en groupe, où l’instruction prodiguée à l’oral ou à l’écrit est suivie d’un temps de débat mené par l’enseignant; en proposant des formules à mémoriser et des affirmations à développer et à expliquer; ou encore par la méthode classique et scolaire de la démonstration au tableau et du cours interactif avec un groupe d’élèves. Dans tous les cas, le contenu est le même. La Bible appelle cela l’enseignement et, par extension, nous pouvons parler de discipulat.

La catéchèse est, au fond, une manière de nous former à la vérité et, par-là, de susciter en nous l’amour de l’Évangile. Packer continue ainsi:

Bien que fondée sur la Bible, la catéchèse n’est pas à proprement parler une étude des Écritures. Elle fait certes grandir notre attachement à la Trinité, mais reste une façon d’éduquer notre esprit dans la présence de Dieu plus qu’un moyen d’entrer en réelle communication avec le Père, le Fils ou le Saint-Esprit. Le but de la catéchèse est de former les chrétiens afin qu’ils connaissent et comprennent leur foi, qu’ils sachent l’expliquer à qui le leur demanderait et qu’ils puissent la défendre contre le scepticisme. Le chrétien qui a reçu un enseignement catéchitique peut l’appliquer dans l’évangélisation et la communion fraternelle, et est en mesure de servir Dieu et les autres en toute circonstance.

Cette pratique centrée sur l’attachement à Dieu nous semble souvent secondaire, ce qui explique pourquoi les assemblées l’ont peu à peu abandonnée. La catéchèse engendrerait pourtant d’immenses bienfaits dans nos vies de famille et d’Église. Packer dit ceci:

Nous pourrions comparer la catéchèse (en tant que discipline aidant à la croissance spirituelle) au centre d’une cible de fléchettes ou de n’importe quelle cible de tir. Les études bibliques en groupe et les réunions de prières nous permettent d’atteindre les zones périphériques de cette cible, mais c’est la catéchèse, par un enseignement et un discipulat de longue haleine, qui frappe en plein dans le mille. Voilà pourquoi la disparition de la catéchèse dans la plupart de nos Églises actuelles représente une perte considérable pour toutes les générations. En abandonnant cette pratique, nous avons, comme je l’ai suggéré plus haut, produit des chrétiens souffrant de malnutrition et d’indolence spirituelles.

Le chrétien catéchisé n’est donc pas celui qui répète sans réfléchir des formules démodées, mais plutôt, dans l’idéal, une personne capable de traduire ses convictions en actes.

Car il est dans la nature même de l’ouvrage catéchitique d’allier l’expression de la vérité chrétienne (l’orthodoxie) à sa mise en pratique dans la vie du chrétien (l’obéissance).

Article d’abord paru en anglais sur Crossway, et traduit par nos soins avec leur aimable autorisation. 

Pour découvrir ou redécouvrir le catéchisme en Eglise, voici un ouvrage que nous vous recommandons vivement: Nouveau catéchisme pour la cité, 52 méditations pour s’attacher aux vérités de Dieu, Collectif