Bien traduire, c’est interpréter fidèlement. Aux Éditions BLF, nous sommes régulièrement confrontés à des situations délicates de traduction.

 

Nous avons récemment édité en français l’excellent ouvrage de David Platt, Follow Me (en français : Suis-moi). L’auteur y utilise à plusieurs reprises le terme « summon » pour décrire l’appel de Jésus.

 

Selon lui, beaucoup de gens se croient sauvés parce qu’ils ont récité un jour une petite prière pour « inviter Jésus dans son cœur » (Chap. 1). L’auteur veut rectifier le tir en nous rappelant que Jésus nous a, au contraire, « summoned » de perdre notre vie pour vivre de la sienne !

 

L’auteur a délibérément décidé de ne pas employer le verbe « to call » (appeler), mais plutôt « to summon », qui se traduit généralement par « convoquer, sommer », voire « assigner (en justice) ». C’est un terme fort qui va surprendre le lectorat anglophone.

 

Comment rester fidèles à l’intention de l’auteur qui décrit l’appel de Jésus non comme une invitation optionnelle, mais comme un commandement, un ordre de Jésus à mourir à soi-même pour vivre de sa vie ? Sans pour autant opter pour des termes tel que « sommation » ou « assignation », nous avons décidé de joindre l’adjectif « pressant » au terme « appel » pour rendre un peu plus ce sentiment d’obligation et d’engagement.

 

« The call to follow Jesus is not simply an invitation to pray a prayer; it’s a summons to lose our lives. » devient donc en français « l’appel de Jésus n’est pas une invitation à réciter une prière : c’est un appel pressant à perdre notre vie ».

 

C’est peut-être un détail pour certains, mais, aux Éditions BLF, nous prenons très au sérieux tous ces petits « détails » de traduction !

 

David Platt. Suis-moi. BLF Éditions. 2014. 232 pages. 14,90 €.