Suite à l’interpellation d’une lectrice sur la traduction des titres de livres étrangers, nous avons décidé de vous emmener faire un tour dans notre cerveau d’éditeur lors de cette phase décisive. Nous avons vu précédemment deux cas de figure: 1. Lorsqu’une traduction littérale est évidente, et 2.lorsque le sous-titre est nécessaire. Continuons notre balade…

_________________________________________________________________

 

Lorsque le sujet du livre est délicat

Voici deux livres parlant des relations sexuelles pour l’un et de l’addiction à la pornographie pour l’autre. Nous devions, ici, rester attentif au choix des mots:

Titre original : Sex, romance and the glory of God: What every christian husband needs to know

Chaque mari devrait lire ce livre: quelle que soit la santé de son couple, il apprendrait à mieux aimer sa femme… et être aimé en retour. Malgré la pertinence du sujet et la clarté de l’auteur, les ventes ne décollent pas. D’avoir laissé le mot « sexe » dans le titre semble nous desservir. Les lecteurs se sentent probablement mal à l’aise de prendre en main un livre qui parle si ouvertement d’un sujet sensible. Si vous connaissez le livre, comment l’auriez-vous traduit?

Titre original: Finally free: Fighting for purity with the power of grace

Ce livre traite de la pornodépendance. Un peu refroidis par l’expérience antérieure (cf. le paragraphe ci-dessus), nous avons décidé de ne pas utiliser le terme « pornographie » dans le titre ou le sous-titre. Bien entendu, il vous suffira de lire le descriptif au dos du livre (la quatrième de couverture), pour être éclairé sur son contenu: «La pornographie est un des pires fléaux de notre temps etc.».

 

Lorsqu’une réédition bouleverse un titre déjà publié

Arrêtons-nous un instant sur une ancienne édition: Un berger pour son cœur. Devinette: de quoi parle le livre?

Ah! si encore nous parlions d’un « cœur de berger », mais que signifie l’inverse? Quel berger: Jésus? Le père? Les parents? « Pour son cœur »: le cœur de qui? Vous êtes confus? C’est compréhensible. Pour le dire vite, il s’agit d’un livre sur la parentalité selon l’Évangile affirmant que la priorité de l’éducation devrait revenir à la formation du cœur avant de se concentrer sur les comportements extérieurs.

Titre original : Shepherding a child’s heart.

Puis l’auteur a sorti un second volume aux États-Unis. Après en avoir obtenu les droits, nous en avons profité pour refondre notre communication en fonction des deux livres et clarifier la situation. Le livre s’intitule désormais: Fiers de toi fiston! (Ted Tripp), accompagné de son sous-titre: Sauver les apparences ou sauver son cœur: le grand défi de l’éducation.

 

Lorsque le sous-titre obtient une promotion!

Titre original: Sacred marriage: What if God designed marriage to make us holy more than to make us happy.

Je vous fais la version courte. Tous les titres sur lesquelles nous étions en train de plancher ne nous satisfaisaient pas. Nous nous sommes alors tournés vers le sous-titre, lorsque l’un de nous a trouvé une formulation: Vous avez dit Oui à quoi? Dans cette question, vous avez de l’interpellation et une volonté de saisir les enjeux du mariage. Le graphisme (un couple de mariés sur la pièce montée) éclaire bien le contexte. Le succès de ce sous-titre nous a conduits à le promouvoir en titre! À l’unanimité s’il vous plaît…

 

Conclusion

Nous espérons que vous aurez apprécié cette petite balade dans les méandres des traductions de titres. N’hésitez pas à nous donner votre avis sur nos titres (même si votre avis est positif!). Et, encore une fois, comment auriez-vous traduit le titre Sex, romance and the glory of God?