Cet article est un extrait du livre Les anciens de Jeramie Rinne.
Comment devenir un berger comme Jésus
 
 

Je suis devenu un disciple de Christ lorsque j’étais préadolescent, à travers le ministère évangélique fidèle d’une petite Église baptiste dirigée par des anciens, tout près de Las Vegas, au Nevada. À l’âge de vingt-six ans, je suis devenu le pasteur principal (ou encore l’ancien principal) d’une petite Église baptiste en banlieue de Boston, au Massachusetts. Vous pourriez donc supposer que je connaissais alors tout au sujet des anciens. Toutefois, croyez-le ou non, j’ai commencé à étudier ce que la Bible enseigne à ce sujet seulement après que j’en sois moi-même devenu un.
 

Ce faisant, deux éléments m’ont étonné. Premièrement, j’ai été impressionné de voir la grande quantité d’informations contenues dans la Bible sur le thème des anciens. On y trouve plus d’une douzaine de passages. Presque tous les auteurs du Nouveau Testament abordent ce sujet. Il m’est apparu évident que des anciens qui reflètent Christ ne sont pas une composante facultative dans une Église : ils sont au centre du plan de Dieu en tant que bergers de ses Églises. Comment avais-je pu l’ignorer ?
 

Deuxièmement, j’ai été frappé de constater l’écart qui existait entre mes présuppositions et ce que la Bible présente concernant la description de tâches et les qualités des anciens. Je croyais être qualifié en tant que pasteur et ancien parce que j’aimais Jésus, que je détenais un diplôme et que j’arrivais à prêcher convenablement. De quoi d’autre pouvais-je avoir besoin ?
 

Vous pensez peut-être que vous devriez vous aussi être un ancien, mais pour des raisons différentes. À votre avis, le moment est peut-être venu pour vous de vous joindre au conseil des anciens parce que vous êtes un membre fidèle de l’Église depuis longtemps. Vous avez fait partie du comité des missions pendant deux mandats, vous avez ouvert votre maison pour une étude biblique et avez même enseigné l’école du dimanche aux enfants de deuxième année alors que personne d’autre n’était prêt à le faire. Selon vous, vous vous êtes acquitté de vos obligations et c’est à votre tour de diriger.
 

Peut-être pensez-vous que vous devriez devenir membre du conseil des anciens parce que vous donnez d’importantes sommes d’argent. L’Église aurait terminé l’année dans le rouge si vous n’aviez pas émis un certain chèque. Les généreux donateurs méritent un droit de parole crucial et une place au sein des comités influents. C’est la règle. De plus, votre Église aurait grand besoin d’un ancien ayant le sens des affaires.
 

Vous pourriez aussi penser que vous êtes appelé à diriger dans l’Église parce que c’est ce que vous faites à l’extérieur de l’Église. Vous gérez sans doute une entreprise prospère, vous siégez au conseil d’un organisme sans but lucratif, vous êtes chef de service, vous commandez un bataillon ou vous entraînez une équipe. Vous avez confiance en vos habiletés à diriger, votre expérience de travail et vos dons. Par conséquent, vous vous considérez comme le candidat idéal pour un rôle d’ancien.
 

N’est-ce pas ?

Comme je l’ai relevé dans l’introduction, votre responsabilité première relativement au rôle d’ancien consiste à déterminer si vous détenez les aptitudes nécessaires en tenant compte des qualifications citées dans la Bible. Ne tenez rien pour acquis. Même si vous avez déjà servi comme ancien, laissez la Parole de Dieu évaluer votre candidature.
 

Voici six critères tirés du Nouveau Testament. Prenez le temps de les mettre en prière. Allouez-vous plusieurs temps d’arrêt pour y réfléchir. Invitez d’autres personnes dans votre réflexion. Faites lire cette section à votre femme, à quelques amis ou à un ancien et demandez-leur si ces qualifications vous décrivent.
 
 

VOUS SAVEZ QUE VOUS ÊTES QUALIFIÉ POUR SERVIR EN TANT QU’ANCIEN SI…

 
 

1. Vous désirez assumer ce rôle
 

Dans l’un des enseignements les plus longs du Nouveau Testament au sujet des anciens, l’apôtre Paul débute en disant : « Cette parole est certaine : si quelqu’un aspire à la charge d’évêque, il désire une œuvre excellente» (1 Ti 3.1). Pierre l’a exprimé ainsi : « Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu » (1 Pi 5.2).
 

Aspiration. Désir. Volonté. Vous devez en avoir envie. Paître le troupeau fidèlement est une tâche exigeante. Si vous ne désirez pas profondément occuper ce rôle, vous vous épuiserez sans doute.
 
 

2. Vous faites preuve d’une consécration à Dieu
 

Vous pourriez supposer que la caractéristique la plus importante d’un ancien est d’être en mesure de diriger une organisation. Bien qu’une capacité de gestion fasse partie du rôle d’un évêque, les auteurs du Nouveau Testament accordent une importance bien supérieure au caractère empreint de piété. Les sous-bergers de Jésus doivent refléter ses vertus. Un homme de Dieu dont les aptitudes de leadership sont médiocres vaut mieux qu’un leader charismatique ayant des lacunes morales flagrantes.

 
 

3. Vous êtes apte à enseigner la Bible
 

Paul a dit qu’un évêque doit être «propre à l’enseignement» (1 Ti 3.2). L’enseignement de la Bible se trouve au cœur du rôle de berger chez l’ancien. Nous approfondirons davantage l’aspect de l’enseignement au chapitre trois. Pour l’instant, posez-vous simplement cette question : « Ai-je instruit des gens au moyen de la Parole de Dieu et ai-je vu une différence ? »
 
 

4. Vous dirigez bien votre famille
 

La société occidentale trace une ligne bien définie entre la vie publique et la vie privée, le travail et la maison. En affaires, nous évaluons un dirigeant selon son habileté à faire augmenter les profits et à atteindre les objectifs de l’entreprise sans toutefois nous préoccuper de la qualité de sa vie personnelle. La vie de cet individu à la maison, ses enfants, son mariage, sa vie sexuelle, ne regarde personne d’autre.
 

À l’opposé, dans la famille de Dieu, la vie personnelle d’un ancien pèse lourd dans la balance. En fait, sa vie conjugale et sa capacité à éduquer ses enfants servent à évaluer ses aptitudes à remplir les fonctions d’ancien.
 
 

5. Vous êtes un homme
 
À ce point-ci, cela devrait être évident, mais permettez-moi de le dire sans ambiguïté : Dieu appelle des hommes, seulement des hommes, à être anciens dans l’Église.
 
 

6. Vous êtes un croyant mature
 
Paul nous met en garde contre la nomination de nouveaux croyants à la fonction d’ancien : « Il ne faut pas qu’il soit un nouveau converti, de peur qu’enflé d’orgueil il ne tombe sous le jugement du diable » (1 Ti 3.6).
 
Les nouveaux chrétiens nous impressionnent parfois par leur enthousiasme spirituel, leur transformation rapide et leur évangélisation audacieuse. Prenez tout de même votre temps pour placer ce nouveau chrétien au poste d’ancien. Il doit encore passer par beaucoup d’étapes de croissance et d’épreuves. Le mot ancien laisse supposer un certain niveau de sagesse et d’expérience, des acquis que les nouveaux chrétiens n’ont pas encore.
 
 

Nous devons ressembler à Jésus si nous désirons diriger ses Églises. Jésus incarne toutes ces caractéristiques. Les brebis devraient détecter l’empreinte marquée du souverain berger dans la vie et le caractère des aspirants sous-bergers. Puis-je donc vous demander, à la suite de la description d’un ancien que vous venez tout juste de lire : « Vous êtes-vous reconnu ? ».

 

 


Cet article est un extrait du livre Les anciens de Jeramie Rinne.Comment devenir un berger comme Jésus