« Moi, je n’y crois pas. »

Ma fille avait quatre ans. Je venais de lui lire une histoire: celle de l’ange qui annonce à Marie qu’elle allait être enceinte par l’œuvre du Saint-Esprit et donner naissance à un bébé qui serait le Fils même de Dieu (Luc 1: 26-38). Il est vrai que ce récit comporte un certain nombre d’éléments invraisemblables. Je lui ai donc gentiment demandé ce qu’elle avait le plus de mal à croire dans cette histoire. Sa réponse? L’ange. Elle était trop grande pour croire encore à la petite souris… alors les anges, c’était sûrement aussi une invention!

 

Je comprends tout à fait son scepticisme. Pour beaucoup d’entre nous, l’ange, c’est la figurine au sommet du sapin, le summum de l’invraisemblable. Une vierge enceinte. Des mages guidés par une étoile. Tous les ingrédients d’un vrai conte de fées. 

J’aimerais vous inviter à ne pas écarter trop vite ces affirmations étranges et surnaturelles. S’il existe un Dieu qui a créé l’univers, il n’y a rien d’absurde à croire aux miracles de Noël. En fait, il serait même irrationnel de les rejeter. La conception de Jésus et la conception du monde Matthieu et Luc affirment tous deux que Marie s’est trouvée enceinte par l’action de l’Esprit saint de Dieu (Matthieu 1 : 18 ; Luc 1 : 35). Rassurez-vous, la chose paraissait tout aussi incroyable à l’époque! Pour convaincre Marie et Joseph qu’une vierge pouvait mettre un enfant au monde, il a fallu l’intervention d’un ange. 

Qui est ce Saint-Esprit? Comment croire que Jésus a été conçu de cette manière? 

La réponse à ces deux questions se trouve au commencement. C’est sur la toute première page de la Bible que le Saint-Esprit apparaît pour la première fois: 

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or, la terre était chaotique et vide. Les ténèbres couvraient l’abîme, et l’Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux. La première affirmation étrange de la Bible est qu’il existe un Dieu unique, qui a créé tout notre univers. Si cela est vrai, la naissance virginale de Jésus n’est pas irrationnelle. Ce qui serait irrationnel, ce serait de croire que Dieu, capable de créer tout l’univers à partir de rien, ne pourrait pas créer un bébé sans l’aide d’un père humain. Ce serait comme dire à un patineur artistique : « Je sais que tu es sélectionné pour les Jeux olympiques, mais je parie que tu ne sais pas faire un huit! »

Extrait du livre Noël: peut-on vraiment y croire? de Rebecca McLaughlin

Vous pouvez également lire un autre extrait de ce livre: