Qu’est-ce que la prière ?

Les protestants ont fêté en 2017 les 500 ans de la Réforme. BLF Éditions prolonge les festivités en vous proposant de renouer avec une pratique chère aux Réformateurs : le catéchisme. L’enseignement des catéchismes visait autrefois à affermir la foi des fidèles, tant les adultes que les enfants. Les doctrines fondamentales étaient assimilées, les hérésies démasquées et les communautés chrétiennes vivifiées.
L’extrait qui suit est tiré du Nouveau Catéchisme pour la cité. Cet ouvrage vous donne un aperçu des richesses et des connaissances que l’on peut trouver dans les grands catéchismes de l’époque. Il se compose de 52 questions et réponses. Le verset biblique, les commentaires et la prière associés à chaque question peuvent être utilisés dans le cadre d’un culte personnel, en famille ou en groupe d’étude.

 

Question 38 : qu’est-ce que la prière ?

 

Réponse : Prier, c’est répandre son cœur devant Dieu dans la louange, la requête, la confession des péchés et la reconnaissance.

 

Psaumes 62 : 9

En tout temps, peuples, confiez-vous en lui, épanchez votre cœur devant lui ! Dieu est notre refuge.

 

 

Commentaire

 

ABRAHAM BOOTH (1734 – 1806)

Puisque les ennemis de votre âme sont déterminés, subtils et puissants, et que votre constitution spirituelle est inconstante, il est absolument nécessaire que vous viviez à l’ombre du rappel constant de ces observations vivifiantes. Qu’y a-t-il de plus recommandable et de plus primordial que de marcher avec circonspection, de veiller et prier, afin de ne pas tomber en tentation ? La certitude de votre propre faiblesse et de votre insuffisance devrait toujours être présente dans votre esprit et se manifester dans votre conduite. Étant donné que la corruption de votre nature est un ennemi qui rôde toujours près de vous et en vous, pendant que vous vivez sur la terre ; et, étant donné que cette corruption a tendance à renforcer les tentations venant du dehors ; vous devriez donc « veiller soigneusement sur votre cœur ». Veillez, veillez soigneusement sur toutes les rêveries, toutes les agitations, et toutes les impulsions de votre cœur. Examinez d’où elles proviennent et vers quoi elles vous mènent avant que vous n’exécutiez le moindre des desseins formés en elles. Car telle est la perfidie suprême du cœur humain, de telle sorte que « celui qui y place sa confiance est un insensé », ignorant de ses dangers, et inconscient de ses propres intérêts. Cet examen devrait conduire chaque enfant de Dieu à plier un genou suppliant, constamment, dans la plus grande humilité et ferveur, et de vivre, pour ainsi dire, au pied du trône de grâce. Et de ne point le quitter avant d’être assurément hors de portée du danger. Ceci est certain : plus nous réalisons la force de nos adversaires et l’ampleur du danger qui nous guette à cause d’eux, plus nous nous exercerons à la prière fervente. – Ô chrétien, t’est-il possible de rester calme et indifférent, fade et insouciant, tandis que le monde, la chair, et le diable sont tes opposants implacables et inlassables ?

 

 

JOHN PIPER

La prière, c’est votre manière de marcher par l’Esprit. La prière, c’est votre manière de marcher par la foi. En d’autres termes, c’est le souffle de la vie d’un chrétien tout au long de la journée. Inspirez, expirez. C’est votre manière de vivre.

 

Laissez-moi illustrer cela à l’aide de quatre éléments mentionnés dans le catéchisme : la confession, la requête, la louange et la reconnaissance. Ce que je vous encourage à faire chaque fois que vous vous trouvez dans une situation où vous vous dites « Ô ! J’ai besoin d’aide ici », c’est de prier en utilisant ces quatre éléments. Supposons que je doive prendre la parole devant un groupe de personnes et que je sois nerveux (vous pouvez adapter l’exemple à vos propres difficultés). Alors que le moment approche, je me demande : « Vais-je être capable de le faire ? Vais-je me souvenir de ce que j’ai à dire ? Vais-je me ridiculiser ? » Et à ce moment-là, je confesse mon besoin à Dieu. Je dis : « Seigneur, je suis pécheur. Je ne mérite pas ton aide, mais j’en ai besoin. Je ne peux rien accomplir sans toi. » Ceci est l’étape confession de ma prière.

 

Puis, je passe de la confession à la requête. « Seigneur, je t’en prie, aide-moi. J’ai besoin d’une bonne mémoire. J’ai besoin d’une bonne capacité d’élocution. Je dois avoir une présence d’esprit adaptée. J’ai besoin d’humilité. Je dois pouvoir regarder les gens dans les yeux. J’ai besoin de toutes ces choses. Je veux être utile à mon auditoire. Mais je n’en suis pas capable par moi-même. Aide-moi. » Ceci est l’étape requête de ma prière. Un appel à l’aide.

 

Ensuite, je dois chercher et me saisir d’une promesse de Dieu qui est digne de mes louanges et digne de ma confiance. Dieu dit, par exemple : « Je te fortifie, je viens à ton secours, je te soutiens par ma main droite, la main de la justice » (Ésaïe 41 : 10). Je me saisis de cette promesse, de cette puissance, de cet amour, de cette bonté, et je m’y accroche. Je lui fais confiance et je le loue. « Toi, Seigneur, tu peux m’aider. Je peux compter sur ton aide. Je te loue car tu es un Dieu qui désire m’aider et qui en est capable ! » Ceci est l’étape confiance et louange de ma prière.
Puis je me lance et je prononce mon allocution, lui faisant totalement confiance. Et quand j’ai terminé, qu’importe comment cela s’est passé, je le remercie. Puisque j’ai été confiant en son aide, je crois qu’il utilisera mes efforts, peu importe que je pense m’en être bien sorti ou pas. «Merci Seigneur!» Ceci est l’étape reconnaissance de ma prière.

Et voilà ! Quatre mots-clés dans le catéchisme.

Un, confessez continuellement vos besoins au Seigneur : « J’ai besoin de toi ! ».

Deux, criez à Dieu votre requête : « Aide-moi ! ».

Trois, saisissez les promesses de Dieu avec confiance et louez-le pour sa capacité à les tenir.

Puis, lorsqu’il vous aide, adorez-le et dites-lui « Merci ! ».

C’est cela, le rythme et le souffle de la vie du chrétien.

 

Prière

Notre sûr Refuge, merci de nous appeler à prier. Tu n’es pas distant, tu es là et tu entends nos prières. Apprends-nous à répandre sans cesse notre coeur devant toi. Que nos prières soient pures, nous présentant tels que nous sommes devant ton trône de grâce. Amen.

 

Cet article est est un extrait du livre Nouveau catéchisme pour la cité.

Pendant des siècles, l’Église a utilisé des catéchismes pour enseigner la doctrine. Dans notre société où les croyances sont constamment en train de se redéfinir, apprendre ensemble les vérités bibliques sous forme de questions et de réponses est devenu d’autant plus urgent et pertinent.

 

Le Nouveau catéchisme pour la cité veut remettre cette pratique ancienne au cœur de la vie d’Église. Ce texte est une adaptation des catéchismes de Genève, de Westminster, et surtout de Heidelberg. Cette ressource centrée sur l’Évangile résume en 52 questions et réponses les principales doctrines chrétiennes tout en aidant le lecteur à être transformé par ces vérités.

 

Chaque question est suivie de la réponse, d’un texte biblique approprié, d’un commentaire d’une figure historique (Augustin, Jean Calvin, Martin Luther…), d’un commentaire contemporain (Henri Blocher, John Piper, Tim Keller, Kevin DeYoung…) et d’une courte prière.

 

Le Nouveau catéchisme pour la cité peut être utilisé dans une grande diversité de contextes pour encourager les croyants à méditer et s’attacher aux vérités qui font l’essence de la foi chrétienne.

 

En savoir plus sur le livre.

Pas de commentaire

Post a Comment