Quel type de parent êtes-vous ?

Cet article est un extrait du livre Être parents de Paul Tripp.

 

 

Je vous propose de réfléchir, sur un plan pratique, à ce qui qui distingue une parentalité de propriétaire d’une parentalité d’ambassadeur.
 

Je vais donc comparer ces deux modèles d’éducation parentale dans quatre domaines que chaque parent connaît bien : identité, travail, succès et réputation. Votre manière de concevoir ces quatre domaines et d’interagir avec eux mettra en lumière et définira quel genre de parent vous pensez être et quel rôle vous pensez devoir jouer dans l’éducation de vos enfants.

 

 

 

1. Identité : ce vers quoi vous vous tournez pour découvrir qui vous êtes.

 

Propriétaire : les parents propriétaires ont tendance à tirer leur identité, leur raison d’être, leur objectif de vie et leur sensation de bien-être intérieur de leurs enfants. Leurs enfants ont tendance à se sentir accablés par le fardeau insupportable du sentiment de valeur personnelle de leurs parents. Laissez-moi vous le dire tout de suite : le rôle de parent est un piètre rôle pour y forger votre identité, pour la simple et bonne raison que tout parent accompagne des pécheurs. Les enfants viennent au monde avec des lacunes intérieures profondes qui les poussent à s’insurger contre l’autorité, la sagesse et les directives de leurs parents. Les parents qui espèrent trouver leur identité dans leurs enfants auront tendance à faire des manquements de leurs enfants une affaire personnelle, comme si les enfants leur en voulaient personnellement. Ils réagissent alors face aux manquements de leurs enfants à partir de leurs blessures personnelles et de leur colère. La réalité est que Dieu ne vous donne pas des enfants afin que vous ayez le sentiment que votre vie en vaut la peine.
 
Ambassadeur : les parents qui abordent l’éducation parentale en tant que représentants de Dieu ont d’emblée un sentiment profond de leur identité et sont motivés par une raison d’être et un objectif. Ils n’ont pas besoin de le recevoir de leurs enfants, car ils l’ont reçu de celui qu’ils représentent : le Seigneur Jésus-Christ. Ils sont donc affranchis de l’idée de devoir s’approcher de leurs enfants avec l’espoir d’obtenir d’eux ce qu’aucun enfant n’est en mesure de donner. Ils n’attendent plus que la vie de famille leur procure la vie puisqu’ils ont déjà trouvé la vie et que leurs cœurs sont en paix. Ils sont donc libres de s’oublier eux-mêmes et d’éduquer avec l’altruisme et le sacrifice qu’une parentalité d’ambassadeur exige.

 

 

2. Travail : votre définition du travail auquel vous avez été appelé.

 

Propriétaire : les parents propriétaires estiment qu’il est de leur devoir de faire quelque chose de leurs enfants. Ils ont une idée de ce qu’ils voudraient que leurs enfants deviennent, et ils estiment que leur travail de parents consiste à utiliser leur autorité, leur temps, leur argent et leur énergie pour rendre leurs enfants conformes à leur projet pour eux. Dans mon rôle de conseiller, je me suis occupé de beaucoup d’enfants qui croulaient sous le poids de la pression constante imposée par leurs parents. Ces derniers avaient une vision précise de ce que leurs enfants devaient devenir et poursuivaient cet objectif sans relâche. Les parents propriétaires ont tendance à penser qu’ils ont la capacité et les ressources nécessaires pour façonner leurs enfants et les rendre conformes à l’image qu’ils se sont forgée d’eux.

Ambassadeurs : les parents qui comprennent bien qu’ils ne seront jamais autre chose que les représentants de quelqu’un qui est plus grand, plus sage, plus puissant et plus compatissant qu’eux, savent que leur tâche quotidienne ne consiste pas à transformer leurs enfants en quoi que ce soit. Ils ont compris qu’ils n’ont aucun pouvoir pour changer leurs enfants et que, sans la sagesse de Dieu, ils ne sauraient même pas ce qui est le meilleur pour eux. Ils savent qu’ils ont été appelés à être des instruments entre les mains de celui qui est glorieusement sage, celui qui est source de la grâce toute suffisante pour secourir et transformer les enfants qui ont été confiés à leurs soins. Ils ne sont pas motivés par un rêve d’avenir pour leurs enfants, mais par le potentiel que la grâce peut développer en eux.

 

 

3. Succès : votre définition de la réussite.

 

Propriétaire : les parents propriétaires ont tendance à rechercher, dans la vie de leurs enfants, une série d’indices concrets qui confirmeraient, à leurs yeux, que leur éducation parentale est une réussite. Des études universitaires brillantes, des exploits sportifs remarquables, des dons musicaux hors pair, un comportement social apprécié : tous ces indices deviennent des repères attestant que les parents ont bien fait leur travail. Il va de soi que ces choses ne sont pas sans importance, mais elles ne peuvent en aucun cas mesurer la réussite de l’éducation parentale. De bons parents n’engendrent pas toujours de bons enfants ; d’ailleurs, les parents feraient bien de s’interroger sur l’origine des critères leur permettant d’affirmer qu’ils ont ou non de « bons » enfants. Je crains que de nombreux excellents parents vivent avec des sentiments durables d’échec parce que leurs enfants ne sont pas devenus conformes à leurs attentes.
 
Ambassadeur : ces parents acceptent de regarder la terrible vérité en face : ils n’ont absolument aucun pouvoir pour produire quoi que ce soit dans leurs enfants. C’est pourquoi ils ne réduisent pas leur définition de la réussite à une liste de succès élogieux sur le plan horizontal. Une parentalité réussie ne se mesure pas avant tout aux résultats que vous avez obtenus, mais au travail que vous avez fourni. Disons-le autrement : une parentalité réussie n’est pas une question d’atteindre des objectifs (ce que vous êtes incapable de faire par vous-même), mais de devenir un outil malléable et fidèle dans la main de celui qui seul est capable de produire de bonnes choses en vos enfants.

 

 

4. Réputation : ce qui indique aux gens qui vous êtes et ce qui vous motive.

 

Propriétaire : sans le vouloir vraiment, les parents propriétaires considèrent leurs enfants comme des trophées. Ils aimeraient pouvoir faire défiler leurs enfants en public pour que les gens autour d’eux les applaudissent. C’est pourquoi tant de parents ont du mal à accepter chez leurs adolescents les phases marquées par leur comportement loufoque et extravagant. Ces parents se soucient peu de comprendre ce que ce comportement excentrique exprime au sujet de leur enfant. En revanche, ils s’inquiètent de l’impact de cette conduite sur eux-mêmes. Dans ces foyers, les enfants portent le fardeau de la réputation de leurs parents et le mal-être lié à leur dépit et à leur embarras. Ces parents expriment facilement leur irritation et leur déception face à leurs enfants, non parce qu’ils ont transgressé la loi de Dieu, mais parce que leurs actions et leur conduite les ont plongés dans l’embarras et la gêne.
 
Ambassadeur : Ces parents ont compris qu’en éduquant des pécheurs ils s’exposent, d’une manière ou d’une autre, à connaître l’incompréhension et l’embarras. La tâche que Dieu leur a confiée comporte toujours une part de chaos, source d’humilité : ils le savent, ils l’acceptent. Ils comprennent que même si leurs enfants se développent en maturité et grandissent dans leur attachement à Dieu, ils ne seront jamais leurs trophées mais plutôt les trophées du Sauveur que ces parents se sont efforcés de servir. Pour eux, c’est Dieu qui travaille et c’est à Dieu que la gloire revient. Ils sont simplement satisfaits d’avoir été des outils dont Dieu s’est servi.

 

 

Êtes-vous prêt à renoncer à la charge pesante qui attend le « parent propriétaire » ? Aimeriez-vous découvrir à quoi ressemble une parentalité au sein de laquelle vous savez que vous avez été appelé à représenter le message, les méthodes et le caractère du Propriétaire de vos enfants ? Êtes-vous prêt à abandonner le fardeau de vouloir opérer le changement par vous-même ? Aimeriez-vous goûter au repos d’être un outil de celui dont la grâce seule a le pouvoir de produire le changement ? Alors, le livre Être parents est pour vous. Il est destiné à vous arracher au train-train quotidien, et à vous présenter une vision globale du projet dans lequel Dieu vous demande d’entrer, alors qu’il agit dans le cœur et la vie de vos enfants. Ce livre a pour objectif de vous aider à voir à quel point l’éducation parentale devient radicalement différente lorsque l’on cesse de vouloir produire le changement par nous-mêmes, pour devenir un outil bien disposé de la grâce qui délivre, pardonne et transforme. Chaque chapitre présentera et expliquera un principe d’éducation parentale qui prend cette grâce au sérieux. Beaucoup d’entre vous sont exténués, découragés et frustrés. Et si vous considériez dorénavant, un autre chemin, un meilleur chemin : Le chemin de la grâce ?

 

 

Cet article est un extrait du livre Être parents de Paul Tripp.
 

La corvée de linge, la préparation des repas, les trajets pour emmener les enfants au sport, la recherche des meilleures punitions possibles pour qu’ils arrêtent enfin de faire toujours les mêmes bêtises… Beaucoup de parents se sentent perdus. Il semble y avoir une pression constante d’être le parent parfait.
 

Nous perdons si vite de vue notre objectif ultime en ne cherchant que des outils, des astuces ou des formules toutes faites.
Dans ce livre inspirant, Paul Tripp nous aide à saisir les vrais enjeux du rôle de parent selon Dieu. Il aborde 14 principes bibliques fondamentaux pour nous montrer que nous avons besoin d’autre chose que la dernière stratégie à la mode ou une liste de techniques. En fait, nous avons besoin de la grâce de Dieu. Cette grâce qui a la capacité de modeler nos cœurs, forger notre vision et nous armer de courage.
 

Nous serons libérés de ce «devoir» de fabriquer nous-mêmes un changement profond dans le cœur de nos enfants. Notre rôle de parents prendra alors du sens, nos objectifs seront clairs et notre joie de le faire sera encore plus grande!
 

Paul David Tripp est pasteur, conférencier et auteur d’Un appel dangereux. Avec sa femme Luella, ils ont quatre enfants.
 

En savoir plus sur le livre.

Pas de commentaire

Post a Comment