Monde musulman : quand Dieu stimule nos prières

L’extrait qui suit est tiré du livre Quand Dieu ouvre les portes : Une femme au coeur de l’action de Dieu dans le monde musulman.
Les missionnaires d’aujourd’hui chantent leur joie en apprenant que plus de musulmans sont venus à Christ au cours des trois dernières décennies que durant les quatorze siècles derniers ! Alors, qu’est-ce qui a changé ? Pourquoi maintenant ? Il va sans dire que le calendrier de cette récolte est conforme au plan souverain de Dieu. Et la prière y est clairement pour beaucoup dans ce plan. Au cours des dernières décennies, les saints n’ont jamais autant fait monter de prières et combattu dans l’intercession en faveur du monde musulman. L’histoire de Nik Ripken illustre très bien cela.

 

Nik Ripken, un missionnaire vétéran, est connu pour ses recherches sur l’Église persécutée. Il y a quelques années de cela, il va en Chine pour mener des entretiens lors d’un rassemblement de plus de 150 responsables d’Églises autochtones. Ces hommes et ces femmes représentent un mouvement d’implantation d’Églises comptant environ dix millions de croyants chinois. À la fin du jour, épuisé à force d’avoir posé ses questions, écouté les réponses puis posé plus de questions encore, Nik pense avoir accompli sa mission et se prépare à rentrer. Ses nouveaux frères et sœurs ont cependant leurs propres questions à lui poser.
Ils ne connaissent pas grand-chose de ce que Dieu fait dans le monde. Ils désirent donc savoir si des chrétiens existent dans d’autres endroits que la Chine (leurs questions sont si révélatrices !). Inutile de dire qu’ils sont ravis d’entendre la réponse. Ils lui demandent ensuite si d’autres croyants souffrent de la persécution comme eux. Nik choisit de leur raconter l’histoire de convertis musulmans de deux pays arabes. Des hommes et des femmes qui ont beaucoup souffert pour leur témoignage du Seigneur Jésus-Christ. Curieusement, son public chinois semble complètement indifférent. Peut-être, pense Nik, qu’ils sont tellement habitués à la souffrance que ces histoires ne les surprennent pas plus que cela. Après tout, en Chine, on s’attend à ce qu’un disciple du Christ soit expulsé de sa famille et passe probablement au moins trois ans en prison. Personne n’est même autorisé à devenir un responsable d’Église tant qu’il n’a pas passé un certain temps en prison pour sa foi. Nik est toutefois chagriné par leur réaction (ou manque de réaction). Il s’affale sur son lit, très découragé.

 

Vers 6 heures du matin, Nik se réveille au son de pleurs et de cris. Est-ce un raid ? La police chinoise a-t-elle découvert leur lieu de rassemblement ? En courant dehors, il est témoin de ce qui pourrait ressembler à une hystérie de masse. Tous les participants de la conférence, plus de 150 personnes, sont déjà dehors. Certains sont assis, d’autres agenouillés ou allongés et prosternés. D’autres, encore, semblent se battre dans une sorte d’angoisse. Impossible de comprendre la langue. Mais que se passe-t-il ? Nik cherche un interprète. En se mélangeant à la foule, il croit repérer trois mots régulièrement répétés : les mots « musulmans » et le nom des deux pays qu’il a mentionnés la veille. Ils prient ! Mieux, ils déversent leurs âmes devant Dieu, en intercédant pour les musulmans. Pour des peuples dont ils viennent d’apprendre l’existence il y a à peine quelques heures. Dès la veille au soir, les responsables chinois se sont engagés à partager ces nouvelles avec leurs Églises et à se lever une heure plus tôt chaque jour afin d’intercéder auprès (ou au pied) du trône de la grâce « jusqu’à ce que Dieu fasse quelque chose ».
Si « la prière du juste agit avec une grande force » (Jacques 5 : 16), que se passe-t-il lorsque plusieurs croyants prient ?
Un an plus tard, Nik est retourné dans l’un des pays arabes dont il a parlé à ses amis chinois. Les chrétiens sur place avaient de grandes nouvelles à lui annoncer. Après des siècles d’une résistance implacable contre l’Évangile, quelque chose s’est brisé dans la sphère spirituelle qui régnait sur ce pays. Au lieu de résister à l’Évangile, ou, au mieux, de le tolérer, les musulmans recherchent la vérité. Quel changement sidérant en une année !

Cet article est est un extrait livre Quand Dieu ouvre les portes.

Imaginez un endroit où le simple fait de devenir chrétien vous condamnerait à mort, dénoncé par votre propre famille. Un endroit où les chrétiens étrangers qui s’aviseraient d’annoncer l’Évangile seraient immédiatement déportés s’ils étaient découverts.

Reema Goode, missionnaire, vit ces choses de près. Elle et sa famille annoncent l’Évangile dans un pays de la péninsule arabique. Elle y observe une tendance, un phénomène merveilleux : malgré des obstacles humainement infranchissables, aucune porte n’est fermée pour Dieu et la lumière commence à percer dans le monde islamique. Un nombre sans précédent de musulmans viennent à Jésus.

Suivez Reema Goode à travers ses expériences personnelles et vivez, de l’intérieur, la façon dont Dieu se révèle à ses voisins, de manière créative, parfois inattendue et souvent palpitante.

En savoir plus sur le livre.

Pas de commentaire

Post a Comment