Cet article est un extrait du livre Une vie de défis de Nicolas Blocher et Benjamin Eggen (en coédition avec La Rébellution).
#profitedetajeunesse

 
 

As-tu entendu parler de Mathilda Wrede ? Mathilda est née en 1864 et s’est convertie à l’âge de 19 ans, le jour où elle s’est rendue à une soirée d’évangélisation au lieu d’aller au bal. Elle était particulièrement touchée par la situation des prisonniers qui venaient travailler dans la maison de son père. C’est ainsi qu’elle a décidé de parler de l’Évangile en prison. Là, les conditions de vie étaient particulièrement terribles. Elle se retrouvait souvent seule avec les prisonniers dans leurs cellules. Ce ministère a duré quarante ans.
 

Alors que beaucoup de chrétiens de son époque passaient leur temps à se divertir, Mathilda s’est mise au service de Dieu dès sa jeunesse. Cette décision a eu un impact sur le reste de sa vie. Si elle était vivante aujourd’hui, elle te dirait certainement combien c’est merveilleux de voir l’Évangile bouleverser la vie d’un prisonnier. Et c’est ce qui s’est passé avec des milliers d’entre eux !
 

Mathilda était un exemple pour beaucoup de personnes de son époque, grâce à son caractère, sa maturité et son influence. Elle a vraiment profité de sa jeunesse pour relever des défis. Voici ce que déclare un grand sage de la Bible à ce sujet :
 

Jeune homme, réjouis-toi dans ton adolescence, livre ton cœur à la joie durant ta jeunesse, marche en suivant les voies de ton cœur et les regards de tes yeux ! Cependant, sache que pour tout cela Dieu t’appellera en jugement. Chasse le chagrin de ton cœur et éloigne le mal de ton corps, car l’adolescence et la jeunesse partent en fumée.
Souviens-toi de ton créateur durant ta jeunesse, avant l’arrivée des jours mauvais, avant d’atteindre les années où tu diras : « Je n’y prends aucun plaisir ».
Ecclésiaste 11 : 9-12 : 1

 

Dieu t’ordonne de te réjouir, de profiter de ta jeunesse. Et comment peux-tu te réjouir autrement qu’en servant Dieu et en relevant des défis pour lui ? Comme le dit l’Ecclésiaste, la jeunesse passe vite et elle est suivie de jours plus difficiles. C’est pour cette raison que tu dois en profiter. Mais comment ?
 
 

PROFITES-EN POUR NE PAS GÂCHER TA VIE

 

Dans son livre Et si je ne gâchais pas ma vie, John Piper explique qu’il est important de centrer sa vie sur l’Évangile pour la réussir. Alors pour ne pas gâcher ta vie, commence par ne pas gâcher ta jeunesse.
 

Pendant ta jeunesse, tu prendras énormément de décisions qui auront un impact sur toute ta vie (famille, Église, mariage, études, travail, amis, engagement social, loisirs, etc.). Non seulement il te faut un bon appui, mais tu dois aussi apprendre à relever des défis dans tous ces domaines pour commencer la vie du bon pied. La majorité de ces décisions ne seront prises que par toi et par toi seul. Qui va t’influencer maintenant que tu es loin de chez tes parents ? Est-ce que tu vas continuer à lire ta Bible ? À t’investir dans une Église ? Et d’abord, quelle Église ?
 

Beaucoup de jeunes perdent des années précieuses en relevant de mauvais défis durant leurs années « tremplin ». Certains finissent par se rendre compte, après avoir passé le plus clair de leur temps devant des jeux vidéo ou des séries, que la vie offre tout de même de plus grandes opportunités !
 

Même si tu as confiance en l’avenir, cela ne doit pas t’empêcher de prendre des responsabilités et de relever des défis. Comme l’ennui est le pire ennemi du soldat parce qu’il l’éloigne de son objectif et lui fait perdre toute motivation, méfie-toi de l’inactivité. La paresse est l’un des plus grands obstacles auquel tu devras faire face sur ta route. L’adolescent qui relève des défis est un adolescent qui sait se maîtriser, et tu as tout intérêt à développer cette qualité.
 

Tellement de choses dans notre société actuelle accentuent la paresse. Un humoriste justifiait le taux d’abstention à la présidentielle en un mot : Netflix. Les tentations d’aujourd’hui nous bombardent de tous côtés, mais ni YouTube, ni Netflix, ni aucune autre distraction ne pourra te séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ. Une fois que tu auras compris à quel point son amour est grand, cet amour te poussera à relever des défis !
 

 

PROFITES-EN POUR PRENDRE CONSCIENCE DE TES PRIVILÈGES

 
Quand tu es jeune, tu as quelques privilèges non négligeables. Même si tous ne disparaissent pas après tes 25 ans, reconnais tout de même que :
 

  • Tu as plus d’énergie ! Ce n’est pas pour rien que l’âge d’or de la carrière d’un sportif de haut niveau se situe entre 20 et 30 ans : c’est la meilleure période pour accomplir des choses difficiles, car tu en as les capacités.
  •  

  • Tu as plus de moyens et de dextérité technologiques ! Nous parions que tu es un expert en informatique et en utilisation de smartphone. Pense à tes grands-parents ou même à tes parents : tu as bien plus d’avantages qu’eux dans ce domaine !
  •  

  • Tu as une capacité d’apprentissage décuplée. C’est aussi le moment de ta vie où tu découvres le plus de choses. Ton cerveau est plus malléable et plus perméable. C’est l’occasion rêvée de le remplir avec des choses utiles.
  •  

  • Tu as plus de mobilité ! Comme tu as peu d’attaches, tu peux plus facilement partir en mission pendant quelques mois ou quelques années qu’un autre adulte de ton Église. C’est ce qu’Anna et moi avons fait après notre mariage, sachant que ce serait sans doute plus compliqué plus tard.
  •  

  • Tu as un réseau d’amis particulièrement important. Ce réseau est aussi surtout constitué d’amis non-chrétiens ! Comme le dit mon amie Fidji, « le nombre d’amis non-chrétiens d’un chrétien est inversement proportionnel à son nombre d’années dans la foi ».
  •  

  • Tu as du temps ! C’est un atout formidable après lequel tu vas courir toute ta vie et dont tu disposes aujourd’hui. Les choses simples de la vie, comme prendre un repas, se coucher, rester concentré sur quelque chose, se déplacer, prennent beaucoup plus de temps depuis que j’ai une famille. Quand j’étais étudiant et célibataire, j’étais très occupé, mais contrairement à aujourd’hui, j’avais beaucoup de temps à disposition.
  •  

  • Tu as (beaucoup plus) le droit d’échouer dans tes projets. Raison de plus pour tester et tenter plein de choses ! Tu pourras apprendre de tes erreurs ! Bien sûr, je ne t’encourage pas à faire n’importe quoi.
  •  

  • Tu as une insouciance, une naïveté, voire une légèreté qui te permettent de faire face à la vie avec plus d’entrain !

 
Toutes ces raisons nous poussent à utiliser notre jeunesse au maximum et à nous réjouir en toutes choses pour faire plaisir à Dieu. Comme l’a dit l’apôtre Paul, « ce qu’un homme aura semé, il le récoltera aussi. Celui qui sème pour satisfaire sa nature propre [ses désirs] récoltera d’elle la ruine, mais celui qui sème pour l’Esprit récoltera de l’Esprit la vie éternelle » (Galates 6 : 7-8). Sème de bonnes graines, pour l’Esprit, dès ta jeunesse. Relève des défis et cherche à te dépasser pour faire plaisir à Dieu. Tu récolteras de belles surprises pendant toute ta vie !

 

 

 


Cet article est un extrait du livre Une vie de défis de Nicolas Blocher et Benjamin Eggen (en coédition avec La Rébellution).
#profitedetajeunesse