L’Église locale n’est pas un club, mais une ambassade

L’Église est plus qu’une autorité institutionnelle sous laquelle vous et moi sommes placés. Nous devrions aussi voir l’Église comme une famille, un troupeau, un temple, etc. Cependant, toutes ces réalités doivent s’inscrire dans le cadre de l’autorité de l’Église locale, et c’est pourquoi je commence par là. L’autorité de l’Église façonne tous les aspects de la vie de l’Église : l’aspect familial, du corps, etc.
 

J’utilise un certain nombre de métaphores bibliques pour décrire ce à quoi ressemble la vie à l’intérieur de l’Église locale. Je tiens cependant à commencer par une idée fondamentale, qui remplacera celle du « club » ou du « prestataire de services », à savoir celle d’un avant-poste ou d’une ambassade.
 

D’où me vient la pensée d’une ambassade ? De l’idée biblique du royaume de Christ. Une Église n’est pas le royaume ; elle est un avant-poste ou une ambassade de ce royaume.
 
Qu’est-ce qu’une ambassade ? C’est une institution qui représente un pays à l’intérieur d’un autre pays. Elle déclare les intérêts de la nation qu’elle représente à la nation hôte, et protège les citoyens de la nation d’origine vivant dans le pays d’accueil. Par exemple, j’ai passé cinq mois à l’université à Bruxelles, en Belgique. Durant cette période, mon passeport a expiré. Si j’avais tenté de quitter le pays sans renouveler mon passeport, j’aurais eu des problèmes. Je n’avais plus de documentation valide confirmant ma citoyenneté américaine. Un après-midi, je suis allé à l’ambassade des États-Unis, à Bruxelles, et j’ai fait renouveler mon passeport. L’ambassade n’a pas fait de moi un citoyen américain à ce moment-là, mais elle l’a confirmé officiellement. Même si je suis citoyen américain, je n’ai pas l’autorité de me déclarer officiellement comme tel devant d’autres pays. Or, la confirmation de l’ambassade m’a donné la possibilité de continuer à vivre dans une ville étrangère, tout en bénéficiant des droits et des avantages de ma citoyenneté.
 

Une ambassade représente donc un lieu dans un autre lieu. Et si je vous disais qu’il existe une autre sorte d’ambassade qui représente un lieu à venir ? C’est ce qu’est l’Église locale. Elle représente toutes les personnes sous la seigneurie de Christ qui se réuniront à la fin de l’Histoire.
 

Le chrétien est citoyen des cieux, nous dit Paul. Celui-ci nous appelle même « concitoyens » des Israélites, ce qui est intéressant, quand on sait ce que signifiait la citoyenneté en Israël.
 

Contrairement à celle d’Israël, cependant, la patrie des chrétiens ne se trouve pas sur la planète Terre. Nous sommes « des étrangers et des gens du dehors ». Les chrétiens doivent attendre avec impatience leur patrie. Ils attendent le jour où « le royaume du monde [sera] remis à notre Seigneur et à son Christ », le jour où toute langue confessera que « Jésus-Christ est Seigneur » et tout genou fléchira à son nom (Ap 11.15 ; Ph 2.11).
 

Mais attendez un peu ! Il existe un lieu sur terre où les citoyens du ciel trouvent, en ce moment même, une reconnaissance officielle et un asile : l’Église locale. Les Églises représentent le royaume de Christ aujourd’hui. Elles confirment, à l’heure actuelle, la nationalité de ses citoyens et les protègent. Elles proclament ses lois, ici, et maintenant. Elles s’inclinent devant Jésus, leur Roi, et appellent tous les peuples à faire de même.
 
Une Église locale est une ambassade réelle, établie dans le présent, qui représente le futur royaume de Christ et son Église universelle à venir.
 
L’idée d’adhésion à l’Église découle directement de cette image de l’Église locale. Qu’est-ce qu’un membre d’Église ? C’est quelqu’un qui franchit les portes de l’ambassade en affirmant appartenir au royaume de Christ. « Bonjour, je suis Chrétien. » Le fonctionnaire de l’ambassade cherche dans son ordinateur et dit : « Bien, j’ai votre dossier. Voici votre passeport. » La personne peut désormais profiter des nombreux droits, avantages et obligations de sa citoyenneté, bien que vivant dans un pays étranger. Et ce n’est pas tout. Tenez-vous bien : cette personne devient partie intégrante de l’ambassade même, c’est-à-dire l’un des fonctionnaires qui légitime et supervise les autres. Être membre d’une Église, c’est être l’Église, du moins en partie.
 

Un membre d’Église est donc une personne que l’on reconnaît officiellement comme étant chrétienne et un membre du corps universel de Christ. Cela ne veut ne pas dire que les Églises font toujours les choses correctement, mais il est de leur ressort de déterminer et de confirmer qui appartient au royaume.
 

Un membre d’Église a été reconnu officiellement et publiquement comme étant un chrétien devant les nations ; il exerce la même autorité de certification officielle et de supervision que les autres chrétiens de son Église.
 

L’adhésion à l’Église est plus que cela. Il convient d’évoquer les notions de famille, de corps et de troupeau qui se rattachent à l’adhésion, ainsi qu’une foule d’autres choses. Voilà cependant notre point de départ : c’est en tant que membres d’une l’Église locale que Christ nous a donné l’autorité du royaume, non pas en tant que chrétiens individuels. Jésus ne nous a pas laissés nous gouverner nous-mêmes et nous déclarer nous-mêmes citoyens du ciel. Il nous a laissé une institution qui nous authentifie en tant que croyants et qui contribue à façonner notre vie chrétienne.
 

L’autorité de l’Église locale, comparable à celle d’une ambassade, offre aux personnes qui déclarent : « Je suis un disciple de Jésus » l’occasion de démontrer que ces mots signifient vraiment quelque chose. L’Église locale garde la réputation de Christ en distinguant les vrais professants des faux. Elle permet au monde d’observer la toile du peuple de Dieu et d’y voir une peinture authentique de l’amour et de la sainteté de Christ, et non une copie. En outre, l’Église locale met en place une voie avec des glissières de sécurité et des stations de repos, en prévision du long cheminement de la vie chrétienne.
 

Les rois et les gouverneurs des nations n’accordent pas la citoyenneté au premier venu. Le roi de l’univers serait-il moins vigilant ?
 

 
Cet article est un extrait de Être membre d’une Église locale de Jonathan Leeman.
 

Devenir membre d’une Église est une étape importante de la vie chrétienne qui est souvent négligée. La tendance actuelle consiste plutôt à fuir la pratique de la religion organisée et à manifester du dégoût (ou de l’appréhension) pour l’engagement, en particulier envers les institutions.
 
Jonathan Leeman aborde ce sujet en expliquant clairement ce que signifie « être membre d’une Église locale », puis il montre pourquoi l’adhésion à une Église est vitale pour le chrétien. En redonnant à l’Église sa juste valeur, l’auteur présente des arguments solides pour nous convaincre de nous engager auprès de notre assemblée locale.

1 Comment

  • Marc RUEL

    16.04.2018 at 18:17 Répondre

    L’idée que l’Eglise soit une ambassade est très parlante. Elle est un ‘état’ dans un autre ‘état’, c’est à dire qu’elle est dans le monde sans en faire partie.
    Cependant j’ai du mal à voir dans l’Ecriture qu’un chrétien soit « membre de l’église locale ». On lit en effet que chaque chrétien est un membre du corps de Christ qu’il vive seul ou se joigne à une communauté, mais je en trouve pas la notion d’être membre d’une église locale. L’église locale étant un « échantillon » de l’église universelle ne peut être indépendante des autres églises locales. Toutes ensemble elles forment un tout indivisible et chaque croyant en est un membre au sens d’être membre du corps de Christ et non membre d’une association, ce qui est très différent.
    L’idée que l’église locale n’est pas un club permet d’en avoir une conception plus juste. On adhère à un club et on en devient membre… mais étant croyant on fait d’office partie de l’église locale (tous les chrétiens de la localité) et aussi de l’église universelle qui comprend toutes les église locales du monde entier.

Post a Comment