De l’art de traduire un titre de livre (2/2)

Suite à l’interpellation d’une lectrice sur la traduction des titres de livres étrangers, nous avons décidé de vous emmener faire un tour dans notre cerveau d’éditeur lors de cette phase décisive. Nous avons vu précédemment deux cas de figure : 1. Lorsqu’une traduction littérale est évidente, et 2.lorsque le sous-titre est nécessaire. Continuons notre balade…

_________________________________________________________________

 

Lorsque le sujet du livre est délicat

Voici deux livres parlant des relations sexuelles pour l’un et de l’addiction à la pornographie pour l’autre. Nous devions, ici, rester attentif au choix des mots

Titre original : Sex, romance and the glory of God : What every christian husband needs to know (C. J. Mahaney)

Chaque mari devrait lire ce livre : quelle que soit la santé de son couple, il apprendrait à mieux aimer sa femme… et être aimé en retour. Malgré la pertinence du sujet et la clarté de l’auteur, les ventes ne décollent pas. D’avoir laissé le mot « sexe » dans le titre semble nous desservir. Les lecteurs se sentent probablement mal à l’aise de prendre en main un livre qui parle si ouvertement d’un sujet sensible. Si vous connaissez le livre, comment l’auriez-vous traduit ?

Titre original : Finally free : Fighting for purity with the power of grace (Heath Lambert)

Ce livre traite de la pornodépendance. Un peu refroidis par l’expérience antérieure (cf. le paragraphe ci-dessus), nous avons décidé de ne pas utiliser le terme « pornographie » dans le titre ou le sous-titre. Bien entendu, il vous suffira de lire le descriptif au dos du livre (la quatrième de couverture), pour être éclairé sur son contenu : « La pornographie est un des pires fléaux de notre temps etc. ».

 

Lorsqu’une réédition bouleverse un titre déjà publié

Arrêtons-nous un instant sur une ancienne édition : Un berger pour son cœur. Devinette : de quoi parle le livre ? Ah ! si encore nous parlions d’un « cœur de berger », mais que signifie l’inverse ? Quel berger : Jésus ? Le père ? Les parents ? « Pour son cœur » : le cœur de qui ? Vous êtes confus ? C’est compréhensible. Pour le dire vite, il s’agit d’un livre sur la parentalité selon l’Évangile affirmant que la priorité de l’éducation devrait revenir à la formation du cœur avant de se concentrer sur les comportements extérieurs.

Titre original : Shepherding a child’s heart (Ted Tripp).

Puis l’auteur a sorti un second volume aux États-Unis. Après en avoir obtenu les droits, nous en avons profité pour refondre notre communication en fonction des deux livres et clarifier la situation. Le livre s’intitule désormais : Fiers de toi fiston !, accompagné de son sous-titre : Sauver les apparences ou sauver son cœur : le grand défi de l’éducation.

 

Lorsque le sous-titre obtient une promotion !

Titre original : Sacred marriage : What if God designed marriage to make us holy more than to make us happy (Gary Thomas).

Je vous fais la version courte. Tous les titres sur lesquelles nous étions en train de plancher ne nous satisfaisaient pas. Nous nous sommes alors tournés vers le sous-titre, lorsque l’un de nous a trouvé une formulation : « Vous avez dit Oui à quoi ? ». Dans cette question, vous avez de l’interpellation et une volonté de saisir les enjeux du mariage. Le graphisme (un couple de mariés sur la pièce montée) éclaire bien le contexte. Le succès de ce sous-titre nous a conduits à le promouvoir en titre ! À l’unanimité s’il vous plaît…

 

Nous espérons que vous aurez apprécié cette petite balade dans les méandres des traductions de titres. N’hésitez pas à nous donner votre avis sur nos titres (même si votre avis est positif !). Et, encore une fois, comment auriez-vous traduit le titre Sex, romance and the glory of God ?

Tags:

6 Comments

  • M R

    14.05.2016 at 00:03 Répondre

    « Sex, romance and the glory of God : What every christian husband needs to know . »
    Je n’ai pas lu le livre mais d’après le résumé en anglais, je propose :
    « Veux-tu gagner son coeur ?
    Guide pour une intimité épanouie, à l’usage des maris chrétiens. »
    Avec une illustration humoristique genre le mari qui cherche un cadeau pour sa femme et qui hésite entre la boutique de fleurs et celle de lingerie.
    Oui, je sais c’est très sobre et pudique. Mais les français sont parfois comme ça.

    • Frédéric Mondin

      14.05.2016 at 10:57 Répondre

      Bonjour et merci pour cette proposition très créative ! L’auteur a précisément utilisé l’expression “Gagnez son cœur” dans son livre… vous avez du flair !

  • Stéphane Kapitaniuk

    14.05.2016 at 18:23 Répondre

    Je me réjouis chaque semaine Fred de voir de nouveaux articles!

    Je réagis comme demandé au titre du livre de Mahaney. C’est un excellent livre.

    Perso, je ne pense pas que c’est le fait d’avoir le mot « sexe » dans le titre qui gène les ventes. Le problème est plutôt de n’avoir plus la notion de romance et d’avoir un illustré la couverture avec des draps de lit. Ça communique uniquement le côté sexuel, d’où la gêne.

    Idées de retitrage: « Ce que chaque femme voudrait que son mari sache »; « Mari à la gloire de Dieu »; « Petit manuel pour hommes mariés ».

    Bonne semaine!

    • Frédéric Mondin

      14.05.2016 at 14:16 Répondre

      Merci Stéphane, tu as raison, la couverture a aussi beaucoup de poids… l’occasion d’un futur article ! Bonne journée 🙂

  • Jackie Dupont

    14.05.2016 at 16:26 Répondre

    Bonjour,
    un article très intéressant : j’avais déjà remarqué la traduction du titre « Fierce women – the power of a soft warrior » que je trouve très bien trouvée et même mieux que l’original !
    Sans avoir lu le livre ‘Sex, romance and the glory of God: what every christian husband needs to know’, voici quelques pensées pêle-mêle au sujet de la traduction ‘ma femme, le sexe et la gloire de Dieu: ce que chaque mari devrait savoir’ :
    le mot anglais ‘sex’ est plus banalisé que le mot français ‘le sexe’, on l’utilise même dans la politique, le marketing (sex up). Le terme français met davantage mal à l’aise sans doute.
    Passion ? sexualité ?
    Je trouve que vous avez eu raison de ne pas traduire ‘romance’ litéralement.
    La passion, l’amour et la gloire de Dieu : ce que chaque mari devrait savoir ?
    Ou laisser tomber l’article et utiliser 3 substantifs :
    passion / sexualité / sexe , amour et gloire : ce que …
    idem … amour et louange : ce que …
    idem … amour et Dieu : ce que …

    Jackie

    • Frédéric Mondin

      14.05.2016 at 16:37 Répondre

      Chère Jackie, un grand merci pour vos encouragements et remarques. Les cheminements que nous font prendre nos raisonnements sur les titres sont effectivement passionnants et nous valent de belles réunions d’éditions !
      Au plaisir, Frédéric

Post a Comment