8 questions à vous poser quand vous êtes en colère

Je vous propose de réfléchir à partir d’une situation typique d’irritation. Je vous poserai ensuite une série de huit questions, qui vous permettront de comprendre ce qu’il se passe réellement dans cette situation tendue. Il s’agira de déconstruire votre colère et de s’engager sur un chemin de transformation.
 

Imaginez la situation suivante : vous avez un rendez-vous très important. Peut-être qu’il s’agit d’une présentation commerciale auprès d’un prospect de poids. Peut-être qu’il s’agit d’une consultation médicale chez un spécialiste renommé. (Libre à vous d’imaginer d’autres cas). Il est 11 heures 55 et vous avez rendez-vous à midi. Au volant de votre voiture, vous roulez aussi vite que possible pour arriver à l’heure. Mais vous tombez dans un embouteillage monstrueux. Les minutes passent et rien ne bouge…
 

Dans cette situation banale de la vie, vous pouvez en apprendre beaucoup sur la colère. Les huit questions suivantes vous seront utiles pour transformer la colère provoquée par cet incident en quelque chose de positif.
 

1) Quelle est ma situation ? Vous décrivez simplement la situation : quand, où, contre quoi et contre qui êtes-vous en colère ?
 

2) Comment je réagis ? Que se passe-t-il dans le domaine de vos pensées ? Comment réagissez-vous physiologiquement ? Où en sont vos émotions (hors de soi, à cran, courroucé…) ? Répondez-vous par une action (exemple : emprunter la bande d’arrêt d’urgence pour doubler tout le monde) ?
 

3) Quelles sont mes raisons ? Pourquoi vous êtes-vous mis en colère ? Il s’agit de sonder vos motivations profondes (par exemple, l’orgueil, la crainte de l’homme, l’amour de l’argent, etc.). Votre colère naît de désirs et de croyances qui vous dominent et vous définissent.
 

4) Quelles sont les conséquences ? Allez-vous provoquer un accrochage avec le véhicule de devant ? Rater votre vente ? À long terme, aurez-vous des conséquences physiques (tension, stress, etc.) ?
 

Avec les quatre premières questions, vous avez posé le problème. Les quatre prochaines questions donnent un espoir et vous dirigent vers une solution constructive.
 

5) Qu’est-ce qui est vrai ? Que dit la Bible de votre situation lorsque vous êtes bloqué dans un embouteillage et que vous ne réagissez pas de la bonne manière ?
Elle nous rappelle les promesses et les vérités divines : Dieu veille sur vous ; il dirige votre vie ; il apaise vos craintes ; vous ne craignez aucun mal ; Dieu vous appelle à l’aimer et vous confier en lui ; vous avez besoin de sa grâce, etc.
 

6) Comment obtenir l’aide de Dieu ? Cette question est plutôt une mise en mouvement. Tournez-vous vers Dieu. Demandez-lui son aide. Frappez à sa porte.
 

7) Comment réagir constructivement dans cette situation ? La repentance et la foi vous conduisent à prendre des décisions concrètes (exemple : vous laissez courtoisement passer un véhicule qui veut se rabattre devant vous, vous réfléchissez à ce que vous allez dire à la personne qui vous attend, etc.).
 

8) Quelles sont les conséquences de la foi et de l’obéissance ? Même si votre foi ne vous garantit pas que les circonstances vont changer, Dieu a souvent en réserve des bénédictions inattendues. Vous avez appris davantage sur ce qu’est la patience et la maîtrise de soi. Et qui sait si vous n’allez pas finalement remporter cette vente, votre interlocuteur ayant été impressionné par votre manière calme et raisonnable de gérer une situation tendue.
 

Bien entendu, dans des grandes difficultés, les enjeux ne seront pas identiques. Mais les vérités relatives à Dieu s’appliquent de la même manière.
 

Un embouteillage peut vous apprendre beaucoup sur le monde, sur vous-même, sur Dieu et sur ce qu’il vous appelle à vivre. Et les gens auxquels Dieu apprend à gérer un embouteillage, devront aussi apprendre à bien gérer d’autres situations.
 

 

 
Cet article est directement inspiré du chapitre 13, « Huit questions : Déconstruire votre colère pour vous reconstruire », du livre Chrétien en colère de David Powlison.
 

Du plus jeune nourrisson au plus vénérable grand-père, la colère est une expérience humaine universelle. Nous nous mettons tous en colère, souvent de la mauvaise manière. Mais la colère peut être une façon légitime de réagir face au mal et une puissante motivation à l’action en faveur des victimes d’injustices.
 

David Powlison affirme que la colère n’est pas « un problème à régler », quelque chose dont nous devons nous débarrasser. La colère est une réponse complexe d’êtres humains qui vivent dans un monde complexe. Nous devons apprendre à la gérer pour qu’elle produise de beaux fruits.
 

L’auteur examine les racines de la colère en portant son regard à un endroit très surprenant : la colère de Dieu lui-même. Powlison rappelle que Dieu se met lui aussi en colère. Mais la colère de Dieu ne se transforme pas en manipulation ou en tentative de contrôle. Non, sa colère est bonne et source de rédemption. Il est à la fois notre modèle pour le changement mais aussi la puissance qui permet ce changement.
 

Chrétien en colère vous aidera à exprimer plus souvent votre colère de manière juste, constructive et qui portera de beaux fruits. Powlison offre des conseils pratiques à ceux qui luttent avec l’irritation, le mécontentement ou l’amertume et une aide avisée pour réagir de manière constructive quand les choses ne se passent pas comme vous l’auriez aimé.
 

En savoir plus sur le livre.

Pas de commentaire

Post a Comment